sheet music

Sidney Bechet – Petite Fleur (piano solo ver. partition)

Sidney Bechet – Petite Fleur (piano solo ver. avec partition sheet music)

Please, subscribe to our Library. Thank you!

Sidney Bechet free scores download

Sidney Bechet

Sidney Bechet (Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis, 14 mai 1897 – Garches, 14 mai 1959) était un musicien et compositeur de jazz américain.

Please, subscribe to our Library. Thank you!

Il était le septième des enfants de Joséphine et Omar Bechet, qui étaient cordonniers et jouaient de la flûte comme passe-temps, enfant prodige de cet instrument. Il faisait partie d’un groupe familial appelé ‘The Silver Bells’ dirigé par son frère Leonard Bechet.

Plus tard, il a fait partie de plusieurs fanfares de la Nouvelle-Orléans. En 1917, il s’installe à Chicago, où il joue avec Freddie Keppard et Joe ‘King’ Oliver entre autres musiciens.

En 1919, Sidney Bechet voyage en Europe avec le Southern Syncopated Orchestra du chef d’orchestre Will Marion Cook, où en plus de jouer de la clarinette, il interprète un morceau sur un petit accordéon. L’accueil sur le continent fut si enthousiaste qu’il ne revint qu’en 1922, trois ans plus tard.

Ses présentations à Londres en jouant le Blues Caractéristique attirent l’attention du chef d’orchestre Ernest Ansermet qui, dans un article publié dans la revue spécialisée Revue Romande, déclare : « Sidney Bechet est un génie ». Cela aurait été la première critique journalistique d’un musicien de jazz.

Étant à Londres, il s’intéresse au saxophone soprano, un instrument qu’il adopte et utilise de plus en plus fréquemment que la clarinette, bien qu’il porte toujours sur lui un petit accordéon, avec lequel il n’enregistre que 2 morceaux en 1924 : ‘Wild Man Blues’ et ‘Indiana’. De retour aux États-Unis en 1922, il s’installe à New York, où il enregistre son premier disque le 30 juillet 1923, avec les Clarence Williams Blue Five sur Wild Cat Blues et Kansas City Man Blues.

Téléchargement des meilleures partitions dans notre bibliothèque.

Entre 1924 et 1925, Sidney Bechet réalise une série d’enregistrements avec son collègue et compatriote, le trompettiste et chanteur de jazz Louis Armstrong, qui avait également rejoint les ensembles d’enregistrement de Clarence Williams. Plus tard, il rejoint l’orchestre de la Revue Négre, qui accompagne la danseuse et chanteuse Joséphine Baker à Paris en 1925, reste en Europe jusqu’en 1931, visite divers pays et passe 11 mois dans une prison française en 1928, pour s’être impliqué dans une bagarre entre musiciens. .

Après cet incident, il continue sa tournée en Europe et retourne de nouveau aux États-Unis, pour participer brièvement à l’orchestre Noble Sissle, puis en 1932, il forme un groupe appelé The New Orleans Feetwarmers, avec le trompettiste Tommy Ladnier, avec lequel ils gèrent pour n’effectuer qu’une session d’enregistrement, mais avec 6 titres de qualité notoire (dont Maple Leaf Rag).

Après cela, et au milieu de la crise qui sévit aux États-Unis, ajoutée à sa faible popularité, compte tenu de son absence prolongée du pays, il se voit obligé d’ouvrir une modeste boutique de tailleur à Harlem pour survivre.

Entre 1934 et 1938, il rejoint à nouveau Noble Sissle, dans l’orchestre duquel il acquiert progressivement une participation croissante en tant que soliste. A partir de 1938, il se lance dans une carrière de leader de formations diverses, dans le courant du renouveau du jazz de la Nouvelle-Orléans, jouant et enregistrant dans différentes villes et circonstances.

En 1939, il réalise une série d’enregistrements pour le label Blue Note récemment créé par Alfred Lion, notamment une version instrumentale du classique « Summertime » du compositeur George Gershwin.

En 1941, Sidney Bechet réalise une expérience inédite pour l’époque : une séance au cours de laquelle il joue de six instruments (clarinette, saxophone soprano, saxophone ténor, piano, contrebasse et batterie), qui sont enregistrés les uns sur les autres, pour forment le one man band de Sidney Bechet, premier essai d’enregistrement d’un seul musicien et qui est devenu l’une des références de l’émergence de l’enregistrement multipiste.

En 1949, il se rend en France pour participer au Paris Jazz Festival, à la Salle Pleyel. Ses interprétations captivent le public français et l’année suivante il revient à Paris pour s’y installer définitivement, devenant une célébrité du mouvement de jazz traditionnel français, intégrant les formations des clarinettistes Claude Luter et André Reweliotty.

En 1951, il épouse l’Allemande Elisabeth Ziegler (avec qui il avait eu une relation à Berlin à la fin des années 1920), lors d’une cérémonie qui se déroule dans la villa de Juan-Les-Pins. Cette année-là, il compose l’un de ses plus grands tubes, Petite Fleur.

En 1954, son fils unique, Daniel, est né, et après presque 10 ans de résidence permanente en France, avec des tournées et des présentations dans toute l’Europe, plusieurs disques d’or et d’autres succès, le musicien a été diagnostiqué d’un cancer du poumon vers la fin de 1958. , décédé à Paris le 14 mai 1959, le jour même où il avait 62 ans.

Dans la ville de Juan-Les-Pins, il y a un buste à sa mémoire, et à Paris il y a une rue à son nom.